A-Un de Mari Okazaki – extraits

A-Un Mari Okazaki

Mari Okazaki est une mangaka que j’ai toujours trouvé intéressante, et ce depuis la sortie de Déclic amoureux à l’époque où Akata travaillait avec Delcourt (ça fait déjà dix ans!), même si je ne peux me vanter de l’avoir soutenue (et je le regrette aujourd’hui). Avec Complément Affectif, elle prouve qu’elle est également capable d’écrire une série longue comme des histoires courtes. Depuis, elle a sorti & qui s’est terminé au volume 8, puis s’est lancée dans A-Un (阿吽), un seinen prépublié dans le Gekkan! Spirits, première incursion dans la catégorie éditoriale étant donné que Okazaki était jusque là publiée dans des revues shôjo ou josei.

Un titre qui m’a intriguée dés l’annonce de sa sortie, déjà pour le côté seinen, mais surtout pour son sujet: des moines bouddhistes! L’histoire se déroule à l’ère Heian (l’époque de Onmyôji de Reiko Okano, à quand le volume 8?), ce qui promet des kimono. D’ailleurs, les kimono et le dessin d’Okazaki font bon ménage: quelques illustrations dans Complément Affectif, dans &, mais aussi une histoire courte du Cocon (un poil glauque d’ailleurs). Mais aussi et surtout, il s’agit des moines Kûkai et Saicho, fondateurs des temples Enryaku et Kôya (ce qui me fait penser à Sorata de X… souvenirs de vieille peau), d’après Manga-news.

Evidemment, je n’ai pas lu ce manga. Mais si vous voulez voir à quoi ressemblent les planches, Shogakukan propose des pages du premier chapitre ici. Il suffit de cliquer sur le bouton bleu de la page. Le découpage reste toujours aussi particulier.

aun_okazakimari_click

Le volume 1 vient de sortir, et je dois dire que les moines font un peu des têtes de psychopathes dessus. Encore plus de cernes que Sanzô dans Saiyuki!

aun_okazakimari_1

Pour information (si cela peut intéresser quelqu’un), la série & a commencé il y a quelques mois à Taïwan chez l’éditeur Tong Li sous le titre & ~ 兼職 (nom de l’auteure 岡崎真里) avec 2 volumes sortis. Espérons qu’elle ira à son terme. Pour le moment, je me demande si une sortie est envisageable en France. Pour A-Un, je ne sais pas du tout ce qu’il en sera. Il faut dire que le nom de Mari Okazaki n’est pas des plus vendeurs, et que les histoires de bouddhisme ne semblent pas non plus des plus attirantes…

En panne!

Comme vous (rares lecteurs et lectrices) l’aurez sans doute remarqué, je n’ai pas écrit de l’année ou presque sur ce blog. La raison? Sûrement pas le temps car je reste tout de même active en tant que forumeuse, ma vie sociale est toujours aussi désertique et surtout, je n’arrête pas de penser à mes lectures!

Au départ, dans ce blog, je voulais avant tout regrouper tous mes bla-bla manga lus en chinois, étant donné qu’il est plus facile de s’y retrouver ainsi que sur un forum (et peut-être faire profiter quelqu’un qui rechercherait des info sur tel ou tel manga). Je ne parviens pas vraiment à trouver l’origine du blocage, sans doute la perte d’habitude de ce blog. Pourtant, la spontanéité ayant été plus ou moins  mon credo ici, j’aurais dû écrire, même si c’est pour dire des trucs complètement inintéressants, dans ma relation entre moi et… mes manga voire mes lectures.

Pourtant, il y avait matière à écrire vu toutes mes lectures cette année, dont pas mal de manga inédits en français. Je pense aussi qu’écrire sur un manga à moitié compris m’a un peu bloquée, plus que sur un forum. Pourtant, c’était un peu le but, écrire bien que tout n’a pas été compris, et relire ensuite! La flemme n’est pas totalement étrangère à tout cela non plus, malheureusement. Je suis ainsi retombée dans cet état difficile de fainéante …

L’année manga fut plus ou moins éprouvante, dans le sens où, pour celles et ceux qui l’ignorent, je me suis fixée un budget mensuel avec un dépassement permis inférieur à 5€. Le plus difficile a été de rester raisonnable tout en achetant des manga en chinois, avec les frais de port élevés, et ne pas craquer en librairie (un véritable défi, surtout en septembre! Malheureusement, je n’ai pas beaucoup soutenu le marché français…).

En plus de cela, j’ai été assez drastique et je me suis plus ou moins forcée à lire tous les manga/comics/BDs achetés et non lus chez moi. Ce fut donc éprouvant car je ne pouvais pas trop déroger. Éprouvant mais néanmoins efficace puisque certains livres traînaient depuis des années ont été lus. Dans ce tas de livres (enfin bandes dessinées), on peut distinguer les oubliés par flemme, d’autres par peur (chinois, allemand), et finalement, ce ne fut pas si terrible (même si certains furent à moitié compris, il faudra les relire…). A vrai dire, même en français, il me faut parfois lire deux fois pour saisir réellement quelque chose, je ne parle même pas d’une autre langue!

Au final, je ne sais pas encore si je réécrirai ici. J’aimerais quand même faire un peu vivre cet espace, que ce soit sur les manga ou sur des trucs « ma life » toujours en relation avec les manga (en fait 80% de ma vie tourne autour! une véritable obsession, je dois bien me l’avouer…). Rien que ce billet fut un défi, alors qu’il n’est pas structuré et mal écrit. D’ailleurs, le fait de tenir un blog était aussi une manière d’apprendre à me structurer un peu, mais je suis bien loin de l’objectif… Alors que novembre se termine bientôt, et que décembre s’approche, je vais enfin voir si le défi de 2014, à savoir limitation financière et un comportement moins « acheteuse compulsive qui achète plus vite qu’elle ne lit », a été relevé!

Peut-être à bientôt pour un post toujours aussi mal écrit et aussi peu structuré, autour d’une lecture!

Le club des bavard(e)s

tag-partageur-2

Tout d’abord, comme je n’ai pas eu l’occasion de le faire avant, je voudrais vous souhaiter une très bonne année 2014 ainsi que tous mes voeux de bonheur et d’excellentes lectures. Je vais aussi en profiter pour remercier toutes les personnes qui passent par là, et qui commentent ou non. Merci à vous de me lire (si vous le faites) et je suis toujours contente de savoir que certaines personnes peuvent partager un côté quelque peu fétichiste.

Il faut se rendre à l’évidence, je suis une bavarde. Cela est vrai dans la vie réelle, mais ce phénomène s’amplifie dés qu’on prononce un mot: « manga ». A partir de là, on peut dire que je suis partie, et pour longtemps, trèèèèèèèès longtemps. Et certaines personnes l’ont repéré: j’ai été nommée par Bidib de Ma petite médiathèque et aussi par Carolus du Club-Shôjo pour le prix de la convivialité, une idée qui vient de Mo’ du Bar à BD. J’imagine déjà des personnes que je côtoie au quotidien se marrer si elles savaient que j’ai été citée dans un club de bavards…

Voici les règles :

1. Lorsque tu apprendras que tu as été désigné, te réjouir tu devras. Danser la gigue et arborer le logo de ce Tag sur ton blog tu feras.
2. Pour remercier celui qui t’a désigné, un petit texte tu rédigeras.
3. Puis, les 10 internautes les plus bavards sur ton blog tu nommeras.
5. Les prévenir (sur leur blog) de ton méfait tu devras.
6. Faire ce tag UNE SEULE FOIS tu pourras.

Comme Bidib, je vais faire l’impasse du petit pas de danse, étant une piètre danseuse. Je ne ferai pas l’impasse sur la deuxième règle, et je remercie très chaleureusement Carolus et Bidib de m’avoir balancée d’avoir pensé à moi. Maintenant, le plus difficile est de balancer les autres étant donné mon e-sociabilité dans la blogosphère, ce qui peut sembler incongru après avoir été citée par deux blogueuses. D’une part, les commentaires ne sont pas vraiment nombreux en cet espace, qui n’invite peut-être pas suffisamment à la discussion. De deux, le blog est très peu visité, et quand il l’est, je pense plus à un hasard ou plutôt à des récupérations d’images. Mais surtout, ceux qui ont la plus grosse (part de commentaires ici!) ne tiennent pas tous des blogs.

Je pense que si je devais citer une bavarde par la longueur et la fréquence de ses posts, ce serait sûrement Tama… qui ne tient donc pas de blog (enfin, si, en quelque sorte, mais pas très régulièrement et pas sur les manga)! Donc, bravo à toi Tama pour tes longs commentaires toujours très pertinants, c’est toujours un plaisir de te lire ici.

Pour la suite, je vais donc nommer – rien d’ordonné – celles et ceux qui repartiront d’ici avec un prix de la convivialité… suspense!!!

Dokebi Bride #1

Fut un temps où les éditeurs ont tous voulu se lancer dans le manga, ou plutôt dans la bande dessinée asiatique petit format, en passant par les manhwa coréens ou les manhua (que je suppose taïwanais). En 2007, Kymera Comics fait partie de ces éditeurs ayant tenté l’aventure pendant un temps bien bref au travers du label Drakosia par 4 titres: Cynical Orange et Dokebi Bride côté coréen, La Perle du Dragon et The Moon côté chinois (ou plutôt monde chinois, ne sachant pas ce qu’il en est de The Moon, dernier titre sorti en 2008 dans le catalogue de Drakosia). Si les deux titres chinois sont des one-shot, ce n’est pas le cas des titres coréens dont fait partie Dokebi Bride. Cynical Orange aura droit à 2 volumes, et Dokebi Bride s’arrêtera au volume 1. Dokebi Bride est donc un manhwa complètement passé inaperçu.

dokebi_bride_vol1 Lire la suite

Moto Hagio – Univers SF

Cela fait longtemps que je voulais dresser un inventaire des titres de science-fiction de Moto Hagio. Il n’est peut-être pas complet, dû à ma méconnaissance de la langue japonaise (j’utilise pour me débrouiller, les fameuses traductions automatiques de vous-savez-qui). Dans ce cas-là, vous pourrez me le signaler, et j’espère que les fautes seront pardonnées. Certains titres m’ont donné du fil à retordre, hésitant entre fantasy, fantastique et science-fiction, les initiales « SF » ne signifiant pas toujours qu’il s’agit de science-fiction. Si j’ai réussi à dénicher des scans japonais pour certaines histoires afin de voir le contenu, cela n’est pas le cas pour d’autres. Je considère qu’il s’agit de science-fiction dés qu’on y mentionne des voyages dans l’espace ou d’autres planètes.

Comme pour les manga de la période musicale de Moto Hagio, j’ai fait mes recherches via le site hagiomoto.net avec en complément Mangayomi (notamment pour les romaji) et l’inévitable Wikipédia. Pour les titres en anglais des manga inédits aux États-Unis, j’ai repris ceux de Matt Thorn dans son interview pour The Comics Journal. Pour les titres en français, l’anthologie Moto Hagio sortie chez Glénat très récemment (achetez-la pour Noël!!!) fait évidemment foi. Certaines informations proviennent aussi de mes lectures (avec une compréhension parfois minime): Nous sommes onze, sa suite Est et Ouest, un horizon lointainStar RedTen Billion Days and One Hundred Billion NightsGin No SankakuUn rêve ivre, Slow Down et une partie de Marginal. Lire la suite

Moto Hagio – Période musicale

Si Moto Hagio (萩尾望都) est surtout connue comme pionnière du boys love à travers des titres tels que Le pensionnat de novembre ou Le Cœur de Thomas, elle est aussi célèbre pour ses histoires de science-fiction et ses drames humains (ou plutôt traumatismes familiaux devrais-je dire). A la fin des années 1980, soit après sa plus longue série de science-fiction Marginal (マージナル), Moto Hagio peut enfin s’en donner à cœur joie avec un domaine qui l’intéresse beaucoup depuis 1985: la musique, et plus particulièrement le ballet, avant d’attaquer en 1993 sa série fleuve (17 volumes!) Zankoku na Kami ga Shihaisuru (残酷な神が支配する).

Sources: Wikipédia, l’interview de Matt Thorn donnée pour The Comics Journal, le site hagiomoto.net, le vieux mais excellent site Mangayomi, et le fameux traducteur approximatif que je refuse de nommer. Les images proviennent de hagiomoto.net ou de scans en chinois. Certains manga sont aussi sortis chez l’éditeur taïwanais Sharp Point Press (尖端出版), ce que je signalerai par la suite. Et pour ceux qui se posent la question, je n’ai lu aucun de ces manga.

moto_hagio_ballet

Une illustration qui je l’espère, met dans l’ambiance. « Le pirate et la belle » en chinois, tiré de Blue Bird.

Lire la suite

Projets Moto Hagio chez JP Fantastica

moto_hagio_polishL’éditeur polonais de manga J.P. Fantastica (Japonica Polonia Fantastica) continue à faire découvrir Moto Hagio à son lectorat en proposant une collection spéciale pour l’auteur qui comprendra 9 volumes. Source: la page Facebook de l’éditeur.

Je le répète, je ne comprends pas le polonais (après, des fans de Moto Hagio qui lisent cette langue ici?). Avec un petit coup de traduction Bing, voici ce que ça donne en anglais:

All lovers of good comic books and classics-here’s something for you. At least once a year we will release one of the masterpieces of Moto Hagio!

The collection will consist of a total of 9 volumes:
– Clan Poe (2 volumes)
– They were eleven (1 volume) – inclut Nous sommes onze, et sa séquelle Est et ouest, un horizon lointain
– Star Red (1 volume)
– Thomas no Shinzou (2 volumes)
– Hanshin (1 volume) – recueil d’histoires courtes détaillées ci-dessous
– Mesh (2 volumes)

You will find here a little Sci-Fi and psychological dramas.
One of these titles will be shown as a Mega Manga in 2014.

Pour ceux qui se demanderaient à quoi correspond Hanshin, l’éditeur indique qu’il s’agira d’un recueil d’histoires courtes comprenant 440 pages. Je rappelle que Hanshin est en fait le titre original de Mon côté ange disponible dans le volet « De l’humain » de l’anthologie sortie chez Glénat. L’histoire La Princesse Iguane figurera dans ce recueil.

It will be a collection of short stories, about 440 pages and will include:

- Hanshin – Mon côté ange
– Iguana no Musume – La Princesse Iguane
– Tenshi no gitai [天使の擬態] – Angel Mimic (dans l’anthologie de Matt Thorn A Drunken Dream and Other Stories)
– Gakkou e Iku Kusuri
– Gogo no Hizashi
– Giou
– Onshitsu – une histoire de vampire, dont on peut trouver un résumé chez Mangayomi
– Marine – une histoire courte inclue dans le one-shot Golden Lilac, résumé chez Mangayomi
– Catharsis
– Kaettekuru Ko [帰ってくる子] – The Child Who Comes Home (dans l’anthologie A Drunken Dream and Other Stories)
– Sayo no Nuu Yukata
– Yuujin K

On peut en déduire que Klan Poe a suffisamment intéressé le public manga polonais pour que tout ceci sorte un jour. Normalement, Nous sommes onze et sa suite est sorti ce mois-ci. J’adore la couverture du Clan Poe… Même chose pour Nous sommes onze, mais je ne sais pas quel est le résultat en vrai par contre.

J’ai du mal à écrire de nouveau ces temps-ci mais je tente de sortir un billet sur l’anthologie Moto Hagio. Avec le prix abordable, l’édition, les préfaces et la qualité des histoires, il s’agit à mes yeux de la sortie de l’année. Gemini a donné son avis, mais on en trouve aussi sur les forums de Mangaverse et Jeux Vidéo pour ceux qui pourraient encore hésiter.