Errances et phylactères

Manga, éditions taïwanaises, Moto Hagio, Akimi Yoshida, bandes dessinées… du papier avant tout!

A-Un de Mari Okazaki – extraits

A-Un Mari Okazaki

Mari Okazaki est une mangaka que j’ai toujours trouvé intéressante, et ce depuis la sortie de Déclic amoureux à l’époque où Akata travaillait avec Delcourt (ça fait déjà dix ans!), même si je ne peux me vanter de l’avoir soutenue (et je le regrette aujourd’hui). Avec Complément Affectif, elle prouve qu’elle est également capable d’écrire une série longue comme des histoires courtes. Depuis, elle a sorti & qui s’est terminé au volume 8, puis s’est lancée dans A-Un (阿吽), un seinen prépublié dans le Gekkan! Spirits, première incursion dans la catégorie éditoriale étant donné que Okazaki était jusque là publiée dans des revues shôjo ou josei.

Un titre qui m’a intriguée dés l’annonce de sa sortie, déjà pour le côté seinen, mais surtout pour son sujet: des moines bouddhistes! L’histoire se déroule à l’ère Heian (l’époque de Onmyôji de Reiko Okano, à quand le volume 8?), ce qui promet des kimono. D’ailleurs, les kimono et le dessin d’Okazaki font bon ménage: quelques illustrations dans Complément Affectif, dans &, mais aussi une histoire courte du Cocon (un poil glauque d’ailleurs). Mais aussi et surtout, il s’agit des moines Kûkai et Saicho, fondateurs des temples Enryaku et Kôya (ce qui me fait penser à Sorata de X… souvenirs de vieille peau), d’après Manga-news.

Evidemment, je n’ai pas lu ce manga. Mais si vous voulez voir à quoi ressemblent les planches, Shogakukan propose des pages du premier chapitre ici. Il suffit de cliquer sur le bouton bleu de la page. Le découpage reste toujours aussi particulier.

aun_okazakimari_click

Le volume 1 vient de sortir, et je dois dire que les moines font un peu des têtes de psychopathes dessus. Encore plus de cernes que Sanzô dans Saiyuki!

aun_okazakimari_1

Pour information (si cela peut intéresser quelqu’un), la série & a commencé il y a quelques mois à Taïwan chez l’éditeur Tong Li sous le titre & ~ 兼職 (nom de l’auteure 岡崎真里) avec 2 volumes sortis. Espérons qu’elle ira à son terme. Pour le moment, je me demande si une sortie est envisageable en France. Pour A-Un, je ne sais pas du tout ce qu’il en sera. Il faut dire que le nom de Mari Okazaki n’est pas des plus vendeurs, et que les histoires de bouddhisme ne semblent pas non plus des plus attirantes…

Petit ajout: interview de Mari Okazaki sur Akata (faite dans le cadre du Feel Young, je suppose).

Publicités
10 commentaires »

Projets Moto Hagio chez JP Fantastica

moto_hagio_polishL’éditeur polonais de manga J.P. Fantastica (Japonica Polonia Fantastica) continue à faire découvrir Moto Hagio à son lectorat en proposant une collection spéciale pour l’auteur qui comprendra 9 volumes. Source: la page Facebook de l’éditeur.

Je le répète, je ne comprends pas le polonais (après, des fans de Moto Hagio qui lisent cette langue ici?). Avec un petit coup de traduction Bing, voici ce que ça donne en anglais:

All lovers of good comic books and classics-here’s something for you. At least once a year we will release one of the masterpieces of Moto Hagio!

The collection will consist of a total of 9 volumes:
– Clan Poe (2 volumes)
– They were eleven (1 volume) – inclut Nous sommes onze, et sa séquelle Est et ouest, un horizon lointain
– Star Red (1 volume)
– Thomas no Shinzou (2 volumes)
– Hanshin (1 volume) – recueil d’histoires courtes détaillées ci-dessous
– Mesh (2 volumes)

You will find here a little Sci-Fi and psychological dramas.
One of these titles will be shown as a Mega Manga in 2014.

Pour ceux qui se demanderaient à quoi correspond Hanshin, l’éditeur indique qu’il s’agira d’un recueil d’histoires courtes comprenant 440 pages. Je rappelle que Hanshin est en fait le titre original de Mon côté ange disponible dans le volet « De l’humain » de l’anthologie sortie chez Glénat. L’histoire La Princesse Iguane figurera dans ce recueil.

It will be a collection of short stories, about 440 pages and will include:

– Hanshin – Mon côté ange
– Iguana no Musume – La Princesse Iguane
– Tenshi no gitai [天使の擬態] – Angel Mimic (dans l’anthologie de Matt Thorn A Drunken Dream and Other Stories)
– Gakkou e Iku Kusuri
– Gogo no Hizashi
– Giou
– Onshitsu – une histoire de vampire, dont on peut trouver un résumé chez Mangayomi
– Marine – une histoire courte inclue dans le one-shot Golden Lilac, résumé chez Mangayomi
– Catharsis
– Kaettekuru Ko [帰ってくる子] – The Child Who Comes Home (dans l’anthologie A Drunken Dream and Other Stories)
– Sayo no Nuu Yukata
– Yuujin K

On peut en déduire que Klan Poe a suffisamment intéressé le public manga polonais pour que tout ceci sorte un jour. Normalement, Nous sommes onze et sa suite est sorti ce mois-ci. J’adore la couverture du Clan Poe… Même chose pour Nous sommes onze, mais je ne sais pas quel est le résultat en vrai par contre.

J’ai du mal à écrire de nouveau ces temps-ci mais je tente de sortir un billet sur l’anthologie Moto Hagio. Avec le prix abordable, l’édition, les préfaces et la qualité des histoires, il s’agit à mes yeux de la sortie de l’année. Gemini a donné son avis, mais on en trouve aussi sur les forums de Mangaverse et Jeux Vidéo pour ceux qui pourraient encore hésiter.

5 commentaires »

Anthologie Moto Hagio: les visuels (pas de bol!)

Moto-Hagio-Anthologie Moto-Hagio-Anthologie-2

Sur Animeland, on peut voir les visuels de la très attendue Anthologie Moto Hagio. L’anthologie est donc dans un coffret très austère qui, je me doute, n’attirera pas foules, dans un format 128mm x 188mmm. Les volumes eux-mêmes, à l’intérieur du coffret, sont tout aussi austères. On n’a pas beaucoup de chance en France, déjà avec Le Coeur de Thomas chez Kaze. Pourtant, les belles illustrations en couleurs ne manquent pas chez Moto Hagio, d’autant plus que graphiquement, son talent saute aux yeux. Les illustrations choisies ne sont clairement pas les plus belles, et rien que pour le volume SF et fantastique, il y avait de quoi faire, déjà avec Ils sont 11!. Le nom de ce même volume ne me plaît pas particulièrement, mais ceci est très personnel. « De la rêverie », je trouve, diminue un peu l’impact SF de Moto Hagio sur le manga destiné à un lectorat féminin. Vu qu’il y a du fantastique avec La forêt blanche puis A Drunken Dream et de la science-fiction, j’aurais pensé à « De l’imaginaire ». Le mot rêverie a, à mes yeux, une connotation très cliché d’un comportement souvent attribué aux individus de sexe féminin, et il faut dire que l’image du shôjo va tout aussi dans ce sens, malheureusement. Mais ceci n’est qu’un chipotage pur et dur de ma part, j’en conviens, et j’ai déjà eu une discussion avec Manuka sur le sujet.

Maintenant, je croise les doigts pour voir en français un jour d’autres oeuvres de Moto Hagio, surtout celles de science-fiction, bien que je ne sois pas dupe: la priorité ira sûrement à Poe No Ichizoku, paradoxalement un des titres qui m’intéresse le moins. Après, je dois avouer que j’ai un gros soucis avec l’esthétique des éditeurs français, obligés de marquer au fer rouge le côté vintage des vieux titres en leur offrant des couvertures aussi austères. C’est très regrettable pour une artiste telle que Moto Hagio qui se distingue avant tout par son dessin. Quand on voit ce que Fantagraphics parvient à faire au niveau des couvertures, ça prête à réflexion. Et ça me donne quand même envie de soutenir les éditions outre-atlantiques pour le coup (je m’en mords encore les doigts pour Le Coeur de Thomas), alors que l’intérêt serait quand même d’avoir des manga de l’auteure dans nos contrées. En parlant de Fantagraphics, je commence à perdre espoir de voir d’autres titres de Moto Hagio, n’ayant aucune nouvelle depuis. Je me demande quelles ont été les ventes de The Heart Of Thomas. Ceci dit, j’attends tout de même novembre pour acheter mon anthologie, malgré les histoires en doublon que j’aurai.

14 commentaires »

They were eleven – édition polonaise

they were eleven polonais

11nin iru! plus connu sous son titre américain They were eleven en Occident (et Ils sont 11 en France) sortira en Pologne chez JP Fantastica en novembre, sous le titre Było ich jedenaścioro. Il s’agira d’une édition intégrale de 320 pages (dont 50 en couleurs) en format A5 pour la somme de 44,99 zloty (soit un peu moins de 11€). Vu la pagination, on peut penser que le volume inclut évidemment la séquelle du récit, la fameuse « partie 2 » de l’anthologie qui a mis tant de doutes chez les internautes (Je confirme sur la page Facebook de l’éditeur que cette séquelle sera bien présente dans cette édition). Poe no Ichizoku est déjà sorti précédemment chez le même éditeur, les manga de Moto Hagio se vendent-ils bien là-bas? Source: Facebook de JP Fantastica.

6 commentaires »

What did you eat yesterday? de Fumi Yoshinaga chez Vertical

Au vu des nombreux manga de Fumi Yoshinaga sortis aux Etats-Unis, je me demandais quand les éditeurs américains finiraient par s’intéresser à Kinou nani tabeta?, l’autre série en cours de la mangaka, en même temps que Le pavillon des hommes. Kinou nani tabeta? mélange deux éléments qui apparaissent souvent dans les manga de Yoshinaga: nourriture et homosexuels. En effet, Yoshinaga glisse de la nourriture dans la plupart de ses manga, et elle écrit de nombreux boys love. Seulement, Kinou nani tabeta? prépublié dans les pages du Morning (Kodansha), n’est pas un boys love, c’est la première incursion de Fumi Yoshinaga dans le seinen. La mangaka s’intéresse à un couple homosexuel quadragénaire et au repas qu’il y aura sur la table pour le dîner. C’est donc une tranche de vie culinaire, avec des personnages homosexuels, sans fan service.

What_did_you_eat_yesterday

C’est dans la chronique de All My Darling Daughters de Brain VS Book que j’ai appris la nouvelle, que voici en détails sur Comics Worth Reading ou Anime News Network. Kinou nani tabeta? sera traduit par What did you eat yesterday? et sera édité par Vertical (To Terra… et Andromeda Stories de Keiko Takemiya). La série est en cours au Japon, avec 7 volumes sortis. J’ai hâte de lire ça, n’ayant pas encore touché aux scans. Belle nouvelle en tout cas, moi qui pensais que les Américains avaient laissé tomber Fumi Yoshinaga! Rendez-vous en mars 2014 pour le volume 1! Les volumes sortiront tous les 2 mois, et  coûteront 12,95$.

11 commentaires »

Moto Hagio chez Glénat avec une anthologie

Le but n’est pas ici de simplement copier l’information pour la relayer, et pour encore plus noyer le Web d’informations multipliées, et puis j’arrive de toutes les manières bien tard après l’annonce très réjouissante par ailleurs. Pour résumer: après le très confidentiel Léokun, après Le Coeur de Thomas chez Kaze, voici le retour de la « mère du shôjo moderne » Moto Hagio (萩尾 望都) chez Glénat, avec une anthologie prévue pour novembre de cette année. L’anthologie en question regroupe 9 histoires et se présente sous un coffret de deux volumes, pour la somme de 25€. [MAJ des titres en novembre 2013]

moto_hagio_novembergymnasium

November Gymnasium

Je suis évidemment impatiente de voir le résultat, bien que des histoires que je connaisse déjà figurent au sommaire. En effet, ceux et celles ayant lu Moto Hagio en anglais, traduite par Matt Thorn vont retrouver des doublons. Espérons que cette anthologie soit la porte ouverte à d’autres oeuvres plus célèbres de Moto Hagio, telles que Poe No Ichizoku ou le très estimé Marginal. Pour le coup, la dualité du caractère de l’oeuvre de Moto Hagio apparaît enfin au grand jour pour le public français: l’anthologie se compose d’une partie science fiction et d’une autre partie plus sentimentale. Jusque là, c’était surtout son aspect « pionnière du boys love » qui était souligné.

Anthologie A Drunken Dreams and Other Stories chez Fantagraphics

Anthologie A Drunken Dreams and Other Stories chez Fantagraphics

Je vais parcourir le sommaire, avec, pour les histoires que je ne connais pas, une recherche en japonais et un synopsis sorti d’un Google Translate. Je ne garantis pas toujours l’exactitude des propos, passés sous le filtre d’une traduction machine, et par la suite, le filtre de ma propre compréhension après le résultat d’une telle traduction. Je ne lis en effet pas du tout le japonais. Pour mes recherches, je suis partie des sites Baka Updates et surtout Callenreese, vieux site très utile et recensant tout plein de manga de Moto Hagio. Pour les synopsis en japonais et les visuels présents dans l’article (sauf pour l’anthologie), je les ai trouvés sur Motohagio.net.

Le tant attendu Ils sont 11!

Le tant attendu Ils sont 11!

La suite de Ils sont 11!, attendu par certains

La suite de Ils sont 11!, très attendue par certains

Partie science fiction

  • Nous sommes onze! / 11人いる! (11-nin Iru!): Ceux qui lisent l’anglais connaissent cette nouvelle répartie sur quatre chapitres sous le titre They were eleven. Cette histoire date de 1975 et a remporté le prix Shogakukan de la même année dans la catégorie shônen, avec Poe No Ichizoku. Il s’agit d’une des oeuvres les plus célèbres de la mangaka. Elle est prépubliée dans les numéros de septembre, octobre, novembre 1975 du Bessatsu Shoujo Comic (Shogakukan). Elle est reprise en recueil portant le même titre. Fiche détaillée en japonais. L’histoire se déroule lors d’un examen intergalactique pour entrer dans une université prestigieuse par laquelle on peut devenir l’élite. Alors que l’examen se fait par équipe de 10 durant l’épreuve pratique qui consiste à survivre à 50 jours à bord d’un vaisseau, l’équipe en question découvre qu’ils sont 11. Qui est en trop?
  • Nous sommes onze! suite – Est et Ouest, un horizon lointain / 続・11人いる 東の地平・西の永遠 (Zoku 11 nin Iru! – Higashi no Chihei – Nishi no Towa): Inédite en anglais, il s’agit là de la suite de Ils sont 11!. Elle est prépubliée dans les numéros de décembre 1976 à février 1977 du magazine Bessatsu Shoujo Comic. Fiche détaillée en japonais. Dans cette histoire, un des personnages surnommé King invite d’autres camarades sur sa planète.
  • Un rêve ivre / 酔夢 (Suimu): Ceux qui lisent l’anglais connaissent déjà cette nouvelle, qu’on retrouve en couleurs dans l’anthologie de Fantagraphics A Drunken Dream and Other Stories. Petit aparté, la couverture de cette dernière provient d’une image du manga Barbara Ikai. A Drunken Dream date de 1980, et on peut la trouver dans le recueil Hanshin. Dans cette histoire, il est question d’un rêve récurrent dans lequel le personnage principal voit toujours la même personne mourir devant ses yeux, à des époques différentes. Un jour, elle rencontre cette personne, mais leur destin va-t-il se répéter de nouveau? Détails en japonais. On y apprend que cette histoire est très liée par ses thèmes et son univers au récit de science fiction Gin No Sankaku (Le triangle d’argent).
  • Le petit flûtiste de la Forêt blanche / 白き森白い少年の笛 (Shiroki Mori Shiroki Shounen no Fue): Une histoire qu’on retrouve dans le recueil Juuichigatsu no Gimnasium, inédite en anglais. L’histoire a été prépubliée dans le magazine Weekly Shoujo Comic (Shogakukan) en 1971. Fiche détaillée en japonais, où se trouve le synopsis. Il semble que l’histoire soit plus du registre du fantastique. Moto Hagio se penche sur une fille de 10 ans, Maria, qui vient de déménager à la campagne. Elle rencontre dans la forêt un garçon du nom de Eddie. Lorsqu’elle rentre chez elle, il s’avère qu’une peinture représente ce même garçon.
La fille Iguane, récit important de Moto Hagio

La fille Iguane, récit important de Moto Hagio

Les soeurs siamoises du récit Demi-dieu

Les soeurs siamoises du récit Demi-dieu

Partie sentimentale et dramatique

  • La Princesse Iguane / イグアナの娘 (Iguana No Musume): Histoire figurant dans l’anthologie A Drunken Dream and Other Stories. Elle est prépubliée dans le numéro de novembre 1991 du magazine Petit Flower (Shogakukan). Il s’agit d’une histoire très importante de Moto Hagio dans laquelle elle aborde ouvertement ses difficultés relationnelles avec sa propre mère. Dans cette histoire, l’héroïne n’est pas aimée de sa mère qui la rejette. Elle finit par s’autopersuader qu’elle est en vérité la fille d’une maman iguane. Cette histoire figure dans le one-shot Iguana No Musume. Fiche détaillée en japonais.
  • Mon côté ange / 半神 (Hanshin): Histoire figurant dans l’anthologie A Drunken Dream and Other Stories. Elle est prépubliée dans le numéro de janvier 1984 du magazine Petit Flower. Il s’agit d’une histoire étrange sur deux soeurs siamoises que tout oppose: alors que l’une est extrêmement jolie mais ne sait rien faire même parler et se contente de sourire, l’autre est extrêmement laide mais intelligente. L’une est aimée de tous, l’autre rejetée de tous. Une histoire d’amour-haine entre deux soeurs. Elle est reprise dans le one-shot du même nom, Hanshin. Fiche détaillée en japonais.
  • Le pensionnat de novembre / 11月のギムナジウム(Juuichigatsu no Gimnasium): Histoire dramatique importante dans la carrière de Moto Hagio, puisqu’il s’agit d’une sorte de Coeur de Thomas avant l’heure. L’histoire se passe dans un pensionnat pour garçon dans l’Allemagne du XIXème siècle. Il s’agit d’une histoire inédite en anglais. Elle est prépubliée dans le numéro de novembre 1971 du Bessatsu Shoujo Comic (Shogakukan). Elle est reprise dans le recueil Juuichigatsu no Gimnasium. Fiche détaillée en japonais. L’histoire ressemble beaucoup à celle du Coeur de Thomas, avec un nouvel élève transféré qui porte le nom d’Eric, après des difficultés familiales et un mauvais comportement… les noms des autres personnages sont Oscar et Thomas, comme c’est curieux.
  • Pauvre maman / かわいそうなママ (Kawaisouna mama): Histoire inédite en anglais. Elle est prépubliée dans le numéro de mai 1971 du Bessatsu Shoujo Comic. Elle est reprise dans le recueil Juuichigatsu no Gimnasium. Fiche détaillée en japonais. D’après la traduction Google, l’histoire démarre au décès de la mère de Tim, Esta. Il rencontre un certain Martin, ami d’université de Esta, qui a des choses à révéler.
  • Le coquetier / エッグ・スタンド (Egg Stand): Histoire inédite en anglais. Elle est prépubliée dans le numéro de mars 1984 du magazine Petit Flower. Elle est reprise plus tard dans le recueil Homounsha, dans laquelle se trouve le récit éponyme sur le personnage d’Oscar du Coeur de Thomas. Avant cela, elle figurait dans un recueil éponyme. Fiche détaillée en japonais. D’après la traduction Google du synopsis, l’histoire se déroule dans un Paris occupé par l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale. L’héroïne s’appelle Louise, elle est danseuse de cabaret, il est question de terrorisme, de résistance et de romance. Vu le quart que j’ai lu de la série Mesh qui se déroule à Paris aussi, j’espère (mais je me fourvoie, hein), que ce ne sera pas trop kitsch…
Tankôbon de Egg Stand

Tankôbon de Egg Stand

Illustration couleurs pour Egg Stand

Illustration couleurs pour Egg Stand

39 commentaires »

Fin de Simple comme l’amour en librairie

simple-comme-lamour_13-14

C’est aujourd’hui que se termine la série Simple comme l’amour de Fusako Kuramochi, avec les volumes 13 et 14, vous pouvez lire des avis ici. Une série qui mérite le détour mais qui n’aura pas trouvé un public pour l’accueillir comme il se doit: le dessin difficile et peu attirant (laid pour certains) mais plein de caractère, une histoire assez banale qui ne bouge pas beaucoup sont des arguments qu’on peut souvent voir à propos de cette série.

Néanmoins, je lui trouve quelque chose de très particulier, il y a cette douceur omniprésente, un quotidien dans une petite ville de campagne complètement paumée, une galerie de personnages attachants et une ambiance unique. L’histoire d’amour n’est pas palpitante, mais c’est ce défaut que j’aime tant dans cette série: il n’y aura pas de suspense amoureux, pas de « mais avec qui va-t-elle sortir? », pas de mecs prêts à en découdre pour conquérir l’héroïne, et pas d’autres nanas rendues psychopathes par la jalousie, pas de pathos à l’extrême, ni de grands drames, mais de la subtilité, de la finesse, de la simplicité, une touche d’authenticité et pas mal de sincérité.

Les dessins de Fusako Kuramochi, s’ils ne sont pas vraiment « beaux », dégagent beaucoup de charme à mon goût. Il faut donner une chance à ce shôjo aujourd’hui terminé et qui peut plaire à ceux qui ne sont d’ordinaires pas attirés (comme moi) par les romances lycéennes (et ce, malgré le titre ou le quatrième de couverture!). J’ai moi-même été convaincue que très tard, l’an dernier, par Simple comme l’amour, tant le titre et le quatrième de couverture ne me donnaient pas du tout envie. L’adaptation filmique de cette série a reçu un prix au Festival de Toronto. Pour ma part, j’ai hâte de lire la fin!

4 commentaires »

Tableau Numéro 20 de est em chez SuBLime

tableau_numero_20_estemJe suis très nulle pour les actu. Encore plus pour les actu manga à l’étranger. Alors que la nouvelle date de janvier, je ne l’ai découverte que récemment, il y a quelques semaines. Et pourtant, j’adule est em. Parfois, par curiosité, j’aime taper les noms de mes mangaka préférés sur Amazon, pour voir si il y a de nouvelles sorties aux Etats-Unis. L’anglais étant une langue obligatoire à l’école, autant en profiter pour tenter des manga non traduits ici (et dont l’espoir est hyper mince chez nous). C’est ainsi que j’ai découvert le Danza de Natsume Ono, ou la sortie de Tableau Numéro 20 de est em, pour octobre de cette année. Le titre sort chez SuBLime, la ligne boys love de chez Viz.

Pour rappel, est em est l’auteure de l’excellent Tango sorti chez les Editions H en France. Aux Etats-Unis, Tango porte le titre Seduce Me After the Show et d’autres titres de est em ont suivi, dont Age Called Blue et Red Blinds the Foolish (aujourd’hui devenu plus rare). Sur le Kindle, on peut lire Kine In! et  sur la plateforme Jmanga, on pouvait y lire Hatarake Kentauros! (le titre avec des centaures salary men qui me fait vraiment beaucoup fantasmer) et Happy End Apartments. A quand une version papier pour ces deux titres? A quand Golondrina issu du IKKI? En tout cas, la news sur Tableau Numéro 20 me réjouit énormément, et j’attends donc cette sortie avec impatience. Parmi les titres annoncés chez Animenewsnetwork, Man of Tango m’intrigue par sa couverture, il s’agit en fait d’une suite, mais le premier volet semble indisponible aujourd’hui.

13 commentaires »

Kamakura Diary chez Kana ou le retour d’une très grande mangaka en français: Akimi Yoshida

kamakura_diary

EDIT: N’OUBLIEZ PAS, SORTIE DEMAIN LE VENDREDI 19 AVRIL!!!

C’est enfin officiel, la grande mangaka Akimi Yoshida, auteure de Banana Fish, signe enfin son retour en France chez Kana en avril après bien des années d’absence, avec sa dernière série en date, Umimachi Diary, renommée pour l’occasion Kamakura Diary en VF. C’est une extrêmement bonne nouvelle en cette année 2013 pour laquelle je n’attendais plus grand chose, tout cela accompagné du retour d’une autre grande mangaka, Fuyumi Soryo et son Cesare chez Ki-oon (autre surprise pour ma part, car je ne le voyais pas du tout chez cet éditeur). Kamakura Diary en est actuellement à son volume 5 sorti en décembre 2012. Il s’agit d’une série de type tranche de vie, seule série au ton plutôt gai et positif de Akimi Yoshida, se rapprochant beaucoup de ce que fait Fumi Yoshinaga (Le pavillon des hommes, Antique Bakery, All My Darling Daughters, Flower Of Life). Kamakura Diary est prépublié dans le magazine josei Flower de l’éditeur Shogakukan, et a remporté le prix d’excellence du Japan Media Arts Festival en 2007. Lire la suite »

2 commentaires »

Cesare de Fuyumi Soryo chez Ki-oon

cesare_kioon_news

Sur la page Facebook de l’éditeur, on peut trouver le texte ci-dessous. C’est une excellente nouvelle pour l’année 2013, ce qui signe le retour d’une grande mangaka, j’ai nommé Fuyumi Soryo!!! Il s’agit de l’auteure de l’excellent Mars et de ES – Eternal Sabbath qui malgré la déception de la fin pour beaucoup, constitue un des manga auxquels je suis le plus attachée. J’ai vraiment hâte, d’autant plus que j’attendais cette série depuis bien longtemps, évitant donc soigneusement de la lire en scans. J’étais persuadée, à l’époque de Eternal Sabbath, de voir arriver Cesare de la même auteure… Une autre série historique qui m’intrigue beaucoup est Historie de Hitoshi Iwaaki (Parasites). Ce serait bien que Ki-oon le licencie aussi. Depuis 2012, j’ai le sentiment que Ki-oon commence à prendre une autre direction, alors que je n’étais clairement pas une cliente de leur catalogue… Je remerice Natth@mangaverse pour cette news. Et cerise sur le gâteau, Fuyumi Soryo est invitée au Salon du Livre! Lire la suite »

9 commentaires »