manga, moto hagio, science-fiction

Moto Hagio – Univers SF

Cela fait longtemps que je voulais dresser un inventaire des titres de science-fiction de Moto Hagio. Il n’est peut-être pas complet, dû à ma méconnaissance de la langue japonaise (j’utilise pour me débrouiller, les fameuses traductions automatiques de vous-savez-qui). Dans ce cas-là, vous pourrez me le signaler, et j’espère que les fautes seront pardonnées. Certains titres m’ont donné du fil à retordre, hésitant entre fantasy, fantastique et science-fiction, les initiales « SF » ne signifiant pas toujours qu’il s’agit de science-fiction. Si j’ai réussi à dénicher des scans japonais pour certaines histoires afin de voir le contenu, cela n’est pas le cas pour d’autres. Je considère qu’il s’agit de science-fiction dés qu’on y mentionne des voyages dans l’espace ou d’autres planètes.

Comme pour les manga de la période musicale de Moto Hagio, j’ai fait mes recherches via le site hagiomoto.net avec en complément Mangayomi (notamment pour les romaji) et l’inévitable Wikipédia. Pour les titres en anglais des manga inédits aux États-Unis, j’ai repris ceux de Matt Thorn dans son interview pour The Comics Journal. Pour les titres en français, l’anthologie Moto Hagio sortie chez Glénat très récemment (achetez-la pour Noël!!!) fait évidemment foi. Certaines informations proviennent aussi de mes lectures (avec une compréhension parfois minime): Nous sommes onze, sa suite Est et Ouest, un horizon lointainStar RedTen Billion Days and One Hundred Billion NightsGin No SankakuUn rêve ivre, Slow Down et une partie de Marginal. Lire la suite « Moto Hagio – Univers SF »

Publicités
manga, moto hagio

Moto Hagio – Période musicale

Si Moto Hagio (萩尾望都) est surtout connue comme pionnière du boys love à travers des titres tels que Le pensionnat de novembre ou Le Cœur de Thomas, elle est aussi célèbre pour ses histoires de science-fiction et ses drames humains (ou plutôt traumatismes familiaux devrais-je dire). A la fin des années 1980, soit après sa plus longue série de science-fiction Marginal (マージナル), Moto Hagio peut enfin s’en donner à cœur joie avec un domaine qui l’intéresse beaucoup depuis 1985: la musique, et plus particulièrement le ballet, avant d’attaquer en 1993 sa série fleuve (17 volumes!) Zankoku na Kami ga Shihaisuru (残酷な神が支配する).

Sources: Wikipédia, l’interview de Matt Thorn donnée pour The Comics Journal, le site hagiomoto.net, le vieux mais excellent site Mangayomi, et le fameux traducteur approximatif que je refuse de nommer. Les images proviennent de hagiomoto.net ou de scans en chinois. Certains manga sont aussi sortis chez l’éditeur taïwanais Sharp Point Press (尖端出版), ce que je signalerai par la suite. Et pour ceux qui se posent la question, je n’ai lu aucun de ces manga.

moto_hagio_ballet
Une illustration qui je l’espère, met dans l’ambiance. « Le pirate et la belle » en chinois, tiré de Blue Bird.

Lire la suite « Moto Hagio – Période musicale »