actu, éditions étrangères, fumi yoshinaga, manga

What did you eat yesterday? de Fumi Yoshinaga chez Vertical

Au vu des nombreux manga de Fumi Yoshinaga sortis aux Etats-Unis, je me demandais quand les éditeurs américains finiraient par s’intéresser à Kinou nani tabeta?, l’autre série en cours de la mangaka, en même temps que Le pavillon des hommes. Kinou nani tabeta? mélange deux éléments qui apparaissent souvent dans les manga de Yoshinaga: nourriture et homosexuels. En effet, Yoshinaga glisse de la nourriture dans la plupart de ses manga, et elle écrit de nombreux boys love. Seulement, Kinou nani tabeta? prépublié dans les pages du Morning (Kodansha), n’est pas un boys love, c’est la première incursion de Fumi Yoshinaga dans le seinen. La mangaka s’intéresse à un couple homosexuel quadragénaire et au repas qu’il y aura sur la table pour le dîner. C’est donc une tranche de vie culinaire, avec des personnages homosexuels, sans fan service.

What_did_you_eat_yesterday

C’est dans la chronique de All My Darling Daughters de Brain VS Book que j’ai appris la nouvelle, que voici en détails sur Comics Worth Reading ou Anime News Network. Kinou nani tabeta? sera traduit par What did you eat yesterday? et sera édité par Vertical (To Terra… et Andromeda Stories de Keiko Takemiya). La série est en cours au Japon, avec 7 volumes sortis. J’ai hâte de lire ça, n’ayant pas encore touché aux scans. Belle nouvelle en tout cas, moi qui pensais que les Américains avaient laissé tomber Fumi Yoshinaga! Rendez-vous en mars 2014 pour le volume 1! Les volumes sortiront tous les 2 mois, et  coûteront 12,95$.

Publicités
éditions étrangères, fétichisme, fumi yoshinaga, manga

Fumi Yoshinaga – Editions étrangères

Fumi Yoshinaga (よしなが ふみ) est une mangaka que j’affectionne particulièrement. Mon premier contact avec son oeuvre fut le one-shot All My Darling Daughters, alors édité dans la collection Sakka (et traduit par Marie-Saskia Raynal même si cela n’est indiqué nulle part car erreur de l’éditeur). J’y ai découvert une grande mangaka, incroyablement douée pour parler des relations humaines, avec, dans le one-shot en question, une petite pointe de féminisme. Le propos est en plus mature, s’adressant donc à un public adulte. Son style graphique est simple et sobre, voire austère et très vide au niveau des décors, mais tout cela n’a guère d’importance dés qu’on se lance à corps perdu dans la lecture de ses manga. Ses dialogues sont très fluides et son humour fait mouche. Graphiquement, ses personnages se ressemblent d’une série à l’autre. Ses personnages bruns me plaisent beaucoup.

Sentimentaux, ses manga le sont sans aucun doute, mais sans pathos. Finesse psychologique des personnages, observation des relations humaines, subtilité, sentiments et maturité sont les maîtres mots de son oeuvre. Fumi Yoshinaga est très peu traduite en France. Heureusement, ses meilleures oeuvres nous sont parvenues: All My Darling Daughters et Le pavillon des hommes, actuellement en cours chez Kana. Si cela n’est pas fait, je vous invite à lire les oeuvres citées. Le pavillon des hommes est, à ce jour, son titre le plus ambitieux. Fumi Yoshinaga fait partie de ces auteures ayant débuté avec des dojinshi de Slam Dunk avant de se lancer dans une carrière professionnelle, elle écrit donc du boys love, mais a su s’en affranchir pour toucher un public plus large, s’aventurant aujourd’hui sur le terrain du seinen. Au Japon, elle mène actuellement deux séries: Le pavillon des hommes dans le Melody de Hakusensha et Kinou Nani Tabeta? (What did you eat yesterday?) dans le Morning de Kodansha (magazine seinen). Deux sujets reviennent souvent dans son oeuvre: l’homosexualité et la nourriture, tous deux rassemblés dans le second titre cité. Enfin, elle semble apprécier l’époque de la Révolution française.

vf_fumi_yoshinaga Lire la suite « Fumi Yoshinaga – Editions étrangères »