éditions étrangères, ichiko ima, manga

Ashinaga Ojisantachi No Yukue (Ichiko Ima)

Ashinaga Ojisantachi No Yukue (あしながおじさん達の行方) fait partie des boys’ love de Ichiko Ima, plus connue en France pour sa série phare – et regrettée – Le Cortège des cent démons. Prépubliée dans le magazine Hanaoto (花音) de l’éditeur Hôbunsha en 1999, l’histoire s’étale sur deux volumes. Il semble que la mangaka est une habituée du Hanaoto dans lequel sont déjà parus plusieurs de ses boys’ love: Boku no yasashii oniisan (僕のやさしいお兄さん), Otona no mondai (大人の問題), Rakuen Made Ato Mou Chotto (楽園まであともうちょっと) et l’actuellement en cours Homeless Salary Man (ホームレス・サラリーマン). Le titre, particulièrement long à retenir , signifie littéralement quelque chose comme « A la recherche de mes Papas longues jambes ». A Taïwan, la série est éditée par l’éditeur aujourd’hui disparu Daran (大然) sous le titre 沉浸在彼方的幸福 (attention aux contrefaçons, l’édition officielle est verte, comme sur cette photo).

Ashinaga Ojisantachi no Yukue

La référence à Papa longues jambes est bel et bien présente, comme en témoigne le synopsis. A l’âge de 5 ans, Kasuga Yoshioka (吉岡春日) a été abandonné par sa mère dans un orphelinat où il a grandi depuis. Aujourd’hui, Kasuga a 15 ans et veut à tout prix quitter ce lieu afin de devenir indépendant et subvenir à ses propres besoins en travaillant. Cependant, Kasuga a des « anges gardiens » ayant veillé sur lui toutes ces années et lui ayant payé ses études jusqu’au lycée. De plus, comme dans Papa longues jambes, un de ses bienfaiteurs lui écrivait très souvent des lettres. C’est donc dans cette optique qu’il décide de retrouver ses 5 bienfaiteurs afin de les remercier et d’en savoir plus sur ses origines.

Le point de départ de ce boys’ love ne ressemble pas à la plupart de ceux qu’on a pu voir en France. Je m’avance peut-être un peu, n’étant pas une grande lectrice des titres (principalement) proposés par Taïfu. Tout comme dans Otona no mondai et Boku no yasashii oniisan (dont je n’ai malheureusement pas parlé ici mais voici mon avis pour le premier, et le second), Ima s’intéresse avant tout aux relations entre les personnages en général, plus qu’aux histoires purement romantiques. Ainsi, la vie quotidienne à travers une curieuse cohabitation et la famille au sens large sont au centre de Ashinaga ojisantachi no yukue. Un peu comme dans Otono no mondai, et c’est ce qui constitue une particularité dans les boys’ love d’Ima, l’homosexualité ne concerne pas en premier lieu le héros de l’histoire, mais plusieurs personnages masculins de l’histoire nourrissent des sentiments amoureux pour un autre homme.

Très souvent, dans les histoires de Ima, j’ai remarqué que les parents divorçaient ou se séparaient, donnant lieu à des familles recomposées. C’est un peu moins le cas ici (du moins au début de l’histoire…) mais cela permet à Ima de composer avec le sens de la famille et de faire un peu réfléchir sur ce sens. Dans Ashinaga ojisantachi no yukue, on part d’un héros sans famille qui va découvrir la vie à plusieurs dans un petit appartement. Dés le début de l’histoire, il va retrouver 3 de ses bienfaiteurs, et va vivre chez l’un d’eux, Natsumi Suzuki (鈴木夏海), concierge d’un immeuble, et c’est d’ailleurs dans ce même immeuble que vivent en couple deux autres de ses bienfaiteurs: Kyōhei Yamamoto (山本恭兵) et Kaoru Akiyoshi (秋吉薫). Alors que Natsumi propose à Kasuga de vivre avec lui débarque un autre adolescent du même âge – Yasuhiro Naito (内藤也寸尋) – complètement épris de Natsumi, décidé de vivre en couple avec l’objet de son amour. Cet adolescent a lui aussi une vie bien compliquée car il ne veut plus vivre avec sa mère et son cinquième mari avec qui il ne s’entend pas. Et j’oubliais aussi autre chose: Natsumi est aussi le quatrième mari de sa mère, et avec qui il a passé de très bons souvenirs. A noter que le métier de concierge d’immeuble de Natsumi évoque la première histoire professionnelle de Ima: My Beautiful Green Palace (マイ ビューティフル グリーン パレス) qu’on retrouve dans le recueil d’histoires courtes Natsukashii Hana no Omoide (懐かしい花の思い出).

Au milieu de tout ce tumulte (et une colocation assez folle dans un espace tout petit), Kasuga se cherche et tente surtout d’en savoir plus sur les raisons qui ont poussé ses bienfaiteurs à l’aider lui, ce qui constitue donc le fil rouge de l’histoire. Alors que mon texte ne le reflète pas vraiment, l’humour est omniprésent au long du manga. On avait déjà remarqué le talent de Ima pour faire rire dans Le cortège des cent démons et cela continue effectivement dans ses autres titres moins empreints de fantastique (Otona no mondai notamment). Quant au fil rouge, celui-ci s’avère plutôt intéressant et l’histoire est tout aussi bien menée de ce côté, le mystère étant préservé jusqu’à la fin du manga, de même ce qui lie tous les bienfaiteurs et les raisons de l’aider. Les relations entre les personnages sont pleines de surprises (et de piquant) et le ton est évidemment très positif (et empreint d’un certain flegme), alors que l’histoire en soi n’est pas drôle du tout: orphelins, divorces, parents démissionnaires et autres drames que je ne révèle pas ici. Cette note un peu légère et envolée rappelle un peu Kiki dans Love Me Tender (à quand le volume 7?), et c’est sans doute le point commun qui existe entre les mangaka très fortes dans la tranche de vie telles que Fumi Yoshinaga, est em (dans Happy End Apartment notamment), Ichiko Ima ou encore Reiko Okano (j’en oublie peut-être).

Au final, la famille n’est pas seulement « un papa + une maman = des enfants », mais plutôt des personnes qui vivent sous le même toit, qui s’aiment et sont solidaires. Comme dans Otona no mondai, l’homosexualité n’est pas forcément bien vécue par les parents du concerné, voyant ce choix comme une « maladie à guérir » voire une passade, et non un véritable amour, voulant même aller jusqu’à un mariage contraint pour guérir le « malade ». Les histoires d’amour sont présentes mais ne prennent pas le pas sur l’intrigue, le tout constituant plutôt un fond comique, comme l’adolescent amoureux de Natsumi au début du manga, ou encore cette histoire passée entre Natsumi et son ami Kyōhei, le premier devenant un peu « dangereux » après avoir un peu trop bu, ne sachant plus trop avec qui il partage son lit (il n’a pas vu une certaine prévention contre l’alcool dans les années 90 lui…). En bref, Ashinaga ojisantachi no yukue est un excellent manga signé Ichiko Ima sous le signe de la comédie. Petite remarque sur la lecture ceci dit, je trouve les manga de Ima plutôt longs à lire: beaucoup de cases dans une page, pas mal de dialogues aussi, ce qui prend du temps. Après, je n’ai pas noté de difficultés sur le vocabulaire. Enfin, on ne voit quasiment pas de scènes de sexe dans les boys’ love de Ima. Graphiquement, on retrouve Ima avec son dessin habituel, toujours très doux et particulièrement agréable (quand on l’apprécie).