Errances et phylactères

Manga, éditions taïwanaises, Moto Hagio, Akimi Yoshida, bandes dessinées… du papier avant tout!

Rosalie Blum #2: Haut les mains, peau de lapin!

le 08/06/2013

Le deuxième volet de Rosalie Blum prend au dépourvu. Alors que le premier volet se termine sur un cliffhangher, et l’hypothétique rencontre entre Rosalie et Vincent, voilà que Camille Jourdy nous emmène vers d’autres personnages. Nous faisons donc la connaissance d’une jeune femme dans sa vingtaine, Aude, et qui habite avec celui qu’elle surnomme son Kolocataire. Ce dernier, toujours sur la paille, cherche à monter un numéro de cirque et mène une vie assez dissolue, ne cessant de projeter le casse d’une banque. Pendant une bonne partie, on suit donc cette jeune femme, en compagnie de deux de ses inséparables amies. Toutes trois semblent ne pas vivre un quotidien passionnant, entre glande, intérim et canapé. Jusqu’au jour où Rosalie Blum contacte Aude pour qu’elle suive un certain Vincent Machot.

rosalie_blum_vol2

Ce deuxième opus ne constitue donc pas une suite directe de la vie des personnages de Rosalie Blum. Camille Jourdy s’amuse à narrer cette fois les évènements de l’histoire vus par Aude, ceux-même du volume précédent. Ce volume s’avère donc encore plus drôle que le précédent, puisque moins introspectif, vu que Vincent n’y est vu que de l’extérieur. On suit cette fois Aude et ses joyeuses copines, toujours prêtes à déconner et toutes un peu paumées, en pleine précarité professionnelle: le Pôle Emploi et l’Intérim ne sont jamais loin! Ceci dit, la bonne humeur est très présente et ce malgré un avenir clairement incertain pour les trois jeunes femmes. En effet, comme je le disais à un ami, moi qui mène tout de même, pour le moment (et je touche du bois, même si les habitudes c’est quand même un peu moche), une vie confortable, j’envie ces trois jeunes femmes. Dans la vie, elles ne sont pas riches, n’ont pas de boulot, n’ont pas grand chose, certes, mais elles partagent du temps et une proximité géographique permettant une amitié véritable et pas mal de délires, surtout lors de cette fameuse « mission » qui les sort de leur quotidien. Et rien que ça, ça n’a pas de prix (je sais, c’est une phrase pourrie). Elles partagent aussi un canapé leur permettant souvent de glander.

Et Rosalie Blum alors? Enfin on apprend à connaître cette femme alors qu’on la voyait vraiment de très loin dans  le volume précédent, ce qui est normal vu que Vincent la suivait de très loin (le pauvre était déjà persuadé de ne pas tourner rond dans sa petite tête). Il s’agit de la tante d’Aude, et d’une femme qui vit effectivement seule, et qui n’a pas eu une vie facile. Ceci dit, on n’en saura pas plus sur son passé qui demeure donc mystérieux. La solitude de Rosalie semble s’atténuer au fur et à mesure qu’elle reprend contact avec sa nièce, et il s’avère que les deux femmes sont très proches. Toutes deux ne parviennent pas à rester enfermées dans une place jugée « bonne » dans notre société: célibataires, sans diplôme ou mari riche, elles n’ont pas vraiment réussi leur vie et sont forcément jugées à chaque réunion familiale. Cet aspect est donc un des soucis qui les traverse, et la vie de famille ne semble pas respirer le bonheur, ce que nous connaissons tous à un moment ou à un autre: « regarde un tel a un enfant et s’est marié avec bidule »…

Tout ce petit monde se révèle donc bien attachant, et le volume se termine, comme on s’en doutait, là où le précédent s’était terminé. Le dernier et troisième opus se concentrera donc sur la rencontre entre tous les personnages. Certaines scènes sont super drôles et permettent de désamorcer certains mystères du volume 1: aussi, on apprend que la mère de Vincent n’est pas complètement folle avec son histoire de punk et de pipi sur son tapis. Il est amusant de voir certains évènements des yeux de Aude, en même temps que Vincent les vit. Encore une fois, la narration de Camille Jourdy est toujours aussi efficace, son sens de l’humour fait mouche, ses personnages sont attachants, elle crée un véritable univers chaleureux dans une petite ville de province où il ne se passe rien.


One response to “Rosalie Blum #2: Haut les mains, peau de lapin!

  1. […] fin des aventures de nos joyeux lurons. J’ai déjà écrit sur les précédents opus ici et là, si cela intéresse quelqu’un. Camille Jourdy revient donc sur Vincent Machot, notre coiffeur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :