éditions étrangères, fétichisme, manga

Shio Sato

Shio Sato (佐藤史生) est une mangaka née en 1952 et décédée en avril 2010. Elle est principalement connue pour ses shôjo de science fiction – ou josei, mais la frontière étant si floue entre les deux que je vais parler ici de shôjo. Elle a surtout écrit des one-shot, et ses plus longues séries comptent seulement 4 volumes. En Occident, son nom est associé à l’anthologie Four Shôjo Stories dans laquelle on trouvait They were eleven de Moto Hagio, Promise et Since You’ve been gone de Keiko Nishi puis The Changeling de Shio Sato. L’histoire courte d’une soixantaine de pages The Changeling – tirée du recueil éponyme – est la seule oeuvre qu’on lui connaît en langue anglaise. Cette histoire, avant de sortir dans Four Shôjo Stories, a été prépubliée mensuellement dans la revue Animerica. D’après sa fiche Wikipédia, Shio Sato a été l’assitante de la célèbre Keiko Takemiya (To Terra, Kaze To Ki No Uta, entre autres).

Four Shôjo Stories - The Changeling by Shio Sato

The Changeling est la seule oeuvre que j’ai lue de Shio Sato. Je ne l’ai découverte que très récemment, en scans, car Four Shôjo Stories est désormais rare. Dans cette histoire de science fiction, le rythme est lent et le tout est philosophique. Les histoires de Shio Sato semblent, d’après des planches ou autres écrits à droite à gauche (traduits du japonais en anglais par Google), toutes avoir cette tonalité adulte, philosophique, plutôt intellectuelle. Il s’agit d’une science fiction sérieuse et tournée vers la réflexion. Shio Sato ne semble donc pas aller vers la facilité dans ses récits, et le tout est empreint d’une ambiance très poétique, mais plus difficile d’accès. C’est sans doute la raison pour laquelle elle est si peu traduite. Son style de dessin est daté mais élégant et très charmant – de mon point de vue, et si on s’en tient à l’introduction de Four Shôjo Stories par Matt Thorn, il s’agit d’une auteure difficile à traduire. Ses grands hits sont les séries Yumemiru Wakusei – Dream Of The Planet et One Zero, tous deux prépubliés dans le Petit Flower de Shogakukan qui a aussi accueilli la célèbre série de science fiction Marginal de Moto Hagio.

Visuellement, je dois dire que l’univers de Dream Of The Planet m’intrigue beaucoup avec ses dinosaures et son décor médiéval. One Zero semble mêler informatique et univers bouddhique. Quant aux autres, il suffit de regarder les planches pour se laisser porter par l’univers de Shio Sato, entre science fiction, fantasy, bouddhisme, dinosaures, tout ceci avec ce dessin élégant dégageant une ambiance douce mais sérieuse. J’aurais aimé avoir plus de traductions en anglais, mais je pense que c’est bel et bien mort en français, l’auteure étant trop ancienne et pas assez « sexy » dans son dessin. Parfois, je regrette de ne pas avoir découvert cette artiste plus tôt, et je me demande comment j’ai pu passer à côté, alors que je voulais tant acheter They were eleven. De décembre 2009 à février 2010, Shio Sato a eu droit à une exposition dans la préfecture de Miyagi d’où elle est originaire.

Bibliographie:

  • Kinseiju (金星樹) (1979, Kisōtengaisha) (1992, réédité chez Shinchosha avec une histoire supplémentaire)
  • Haru wo Yumemishi (春を夢見し) (1980, Shinshokan)
  • Yumemiru Wakusei (夢みる惑星) (1982–1984, prépublié dans Petit Flower chez Shogakukan, 4 volumes)
  • Shiseru Ōjo no Tame no Pavane (死せる王女のための孔雀舞) (1983, Shinshokan)
  • Ahōsen (阿呆船) (1984, Shinshokan)
  • Ryu no Yume, Sonota no Yume (竜の夢 その他の夢) (1984, Shinshokan)
  • Kono Mazushiki Chijō ni (この貧しき地上に) (1985, Shinshokan)
  • One Zero (ワン・ゼロ) (1985–1986, Shogakukan, 4 volumes)
  • Datenraku (打天楽) (1987, Shogakukan)
  • Kicchō Kajin (吉祥花人) (1987, Hakusensha)
  • Raryō-Ō (羅陵王) (1988, Hakusensha)
  • Changeling (チェンジリング) (1989, Shogakukan)
  • Yadorigi (やどり木) (1988, Shinshokan)
  • Shōryō-Ō (精霊王) (1989, Shogakukan)
  • Oni ou mono (鬼追うもの) (1995, Shogakukan)
  • Shinzō no Nai Kyojin (心臓のない巨人) (1999, prépublié dans Petit Flower chez Shogakukan)
  • Majutsushi Sagashi (魔術師さがし) (2000, Shogakukan)

Couvertures et images (à venir):

Yumemiru Wakusei
Yumemiru Wakusei (Dream of the Planet), rééidtion en 3 volumes
shioSato_dreamOfPlanet_planche
Début de Yumemiru Wakusei, un univers qui intrigue

Editions chinoises:

En chinois, seuls quelques titres ont été traduits, et tous sont sortis chez l’éditeur taïwanais Sharp Point Press (尖端出版). Malheureusement, ils semblent difficiles à dégotter, même sur Taobao. De plus, je suis persuadée qu’ils sont difficiles à lire dans cette langue, vu ce que j’ai pu voir en anglais sur The Changeling… Quoiqu’il arrive, tout ceci me laisse songeuse.

搜神戰記 One Zero (4 volumes)
Shio Sato - One Zero 1 - ChineseShio Sato - One Zero 2 - ChineseShio Sato - One Zero 3 - ChineseShio Sato - One Zero 4 - Chinese

塵埃天使 Changeling
Shio Sato - Changeling - Chinese

精霊王 Shōryō-Ō
Shio Sato - Seirei Ou - Chinese

搜神戰記外傳:打天樂 Datenraku (Gaiden de One Zero)
Shio Sato - Datenraku - Chinese

Quelques liens:
Hommage sur Nekomonoblog: Première partie, Deuxième partie, Quatrième partie. En fait, il n’y a jamais eu de troisième partie.
Feuilleter: Planches sur Comicpark.net (dans la fiche manga, cliquer sur le lien « [立ち読みする!] »).

Publicités

3 réflexions au sujet de “Shio Sato”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s